18 nov 21

photo B. Lecat

274. « Place mouvante de ce texte : à quoi s’arrime-t-il ?» Question simple. Réponse complexe. D’abord et avant tout dans le langage. Dans les mots d’hier, ceux du passé. Ca en fait un paquet, de mots prononcés depuis, disons, l’âge de raison. Et ça continue. Réservoir de mots oubliés, repris, déformés, qui se gonfle à raison inverse des jours qui me restent à vivre.

Dans les mots actuels, avatars, hybridations, métamorphoses de ceux du passé, frottés à des réalités nouvelles (humaines, linguistiques), glanés ici et là, couchés sur des pages de carnets. La rime-âge au passé.

Et la question de la distinction fiction / non-fiction. « Réinventer un homme que je n’ai pas connu », avais-je écrit : plutôt 1/ « inventer » un homme que je n’ai pas connu, 2/ne pas romancer, i.e. m’en tenir au vraisemblable.