De la littérature comme un art nucléaire : protocole Levi-Arai, #3

Je poursuis sur le site de D-FICTION, de Caroline Hoctan, un travail d’exploration d’imaginaires nucléaires – le mien, en collision avec celui d’autres écrivains. Je propose également des textes inédits. Prolongement psychogéographique des Archéologies ferroviaires, centré cette fois sur le fait anthropologique total qu’est l’atome civil et militaire, et ses effets sur la géographie terrestre et intime.

Ce work in progress décline les imaginaires selon des protocoles, réels et imaginaires, qui jouent avec une certaine scientificité. L’imaginaire y fusionne vite : le lecteur trouve, sous le titre, un tableau périodiques des éléments qui mêle chimie et poésie.

Invitation lancée pour découvrir le Protocole Gerboise, premier texte né exactement le 6 février 2021 lorsque du sable saharien chargé de césium-137 se dépose sur une partie de l’Europe, et accessoirement en bas de chez moi. Le deuxième texte, Protocole de 東 / 京, est un poème qui creuse folie, danse butô et bombardement atomique, dans le creuset d’une histoire personnelle et universelle. Le troisième texte, Protocole Levi-Arai, explore le Système périodique de Primo Levi et les daguerréotypes saisissants de Takashi Arai, photographe japonais contemporain converti à cette vieille technique.

Bonnes lectures.

Laisser un commentaire